French Press Release

Les fabricants français d’armes nucléaires épinglés par la campagne mondiale pour le “désinvestissement” lancée par ICAN

Paris, le 5 mars 2012: Les sociétés françaises de la défense et de l’aérospatiale Safran et Thales ont été prises pour cible dans une campagne en faveur du désinvestissement mondial des entreprises impliquées dans la production de missiles nucléaires. La Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN) et l’entreprise d’investissement éthique Profundo publient cette semaine la première enquête mondiale encourageant toutes les institutions financières à désinvestir leurs capitaux de Safran, Thales et 18 autres sociétés qui fabriquent et entretiennent des armes nucléaires et leurs systèmes de lancement (www.dontbankonthebomb.com).

« Les institutions financières devraient envoyer un message clair à Safran et Thales disant que leur implication dans l’industrie des armes nucléaires est inacceptable. Toute utilisation des armes nucléaires violerait le droit international et aurait des conséquences humanitaires catastrophiques. Ces entreprises sapent les efforts accomplis pour parvenir à un monde libéré des armes nucléaires et accroissent le risque qu’un jour ces instruments de terreur soient à nouveau utilisés », a déclaré Tim Wright de la campagne ICAN et co-auteur du rapport.

Les entreprises Safran et Thales fabriquent des missiles nucléaires M51 pour les sous-marins nucléaires français. Les missiles M51 disposent de multiples ogives avec une charge explosive beaucoup plus importante que leurs prédécesseurs. La filiale de Safran Snecma est un fournisseur privilégié du système de propulsion pour les missiles et sa filiale Sagem a développé les systèmes de navigation. D’autres sociétés, y compris l’entreprise EADS sont également impliquées dans ce projet commun d’une valeur de 3 milliards d’euros.

Le rapport d’ICAN et de Profundo est le premier rapport jamais publié sur les investissements concernant les producteurs d’armes nucléaires. Il identifie plus de 300 institutions financières dans 30 pays qui participent concrètement au financement des entreprises qui fabriquent, entretiennent et modernisent les forces nucléaires pour les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France et l’Inde. Neuf institutions financières françaises – AXA, BNP Paribas, Covéa Mutal Insurance Group, Crédit Agricole, Crédit Mutuel, Financière de l’Echiquier, le Groupe BPCE, Oddo & Cie et Société Générale – ont été identifiées comme investissant massivement dans la production d’armes nucléaires.

« Les clients de ces banques et autres institutions financières doivent indiquer clairement qu’ils ne veulent pas que leur argent soit utilisé pour financer des armes nucléaires. Si ces banques choisissent d’ignorer la volonté du public, elles risquent de perdre des clients qui se tourneront vers des entreprises plus éthiques » a déclaré Pierre Villard, coordinateur en France de la Campagne internationale pour abolir l’arme nucléaire. « Il est extrêmement décevant d’apprendre que tant de banques françaises sont impliquées dans le financement de cette industrie immorale et inhumaine et cela doit cesser. Nous devons tous faire notre part pour débarrasser le monde des armes nucléaires. »

Le prix Nobel de la Paix Desmond Tutu, supporter d’ICAN, préface le rapport en ces termes : « Les banques et autres institutions financières devraient agir de façon responsable et participer aux efforts pour éliminer le danger d’une catastrophe nucléaire en se détournant de l’industrie immorale des armes nucléaires » écrit-il. « La campagne de boycott et de désinvestissement a fonctionné en Afrique du Sud pour conquérir  la liberté et la justice. Aujourd’hui, la même tactique peut et doit être utilisée pour détruire la création la plus terrible de l’homme : la bombe atomique. Personne ne devrait profiter de cette terrible industrie de la mort nucléaire qui nous menace tous. »